Comment changer mon mode de vie ?

La plupart des patients sont en mesure d’avoir une excellente qualité de vie, bien qu’il puisse y avoir certaines restrictions. Votre médecin sera en mesure de vous aider à atteindre differents objectifs.

Exercice

Un exercice modéré est bénéfique pour la plupart des personnes et aide à réduire le risque global de maladie cardiaque. Il aide à réguler les rythmes biologiques quotidiens, améliore le sommeil et l’humeur et est important pour le contrôle du poids. Cependant, avant de commencer tout programme d’exercice, vous devez consulter votre médecin ou un autre professionnel de santé qualifié pour discuter du niveau d’activité physique que vous prévoyez d’entreprendre, en particulier si vous ressentez une intolérance à l’exercice.

Il est toutefois conseillé d’éviter les exercices intenses. Certaines études ont montré que le risque de fibrillation atriale est plus élevé chez les athlètes d’endurance, tels que les coureurs de fond ou les cyclistes. Les patients sont donc encouragés à faire des exercices d’intensité légère à modérée tout en évitant les excès.

 

Si vous développez une crise de fibrillation atriale pendant l’exercice, vous devez arrêter, vous asseoir et suivre les recommandations de votre médecin ou consulter un médecin.

Il existe de nombreuses applications et appareils portables (moniteurs d’activité, montres connectées) disponibles pour mesurer votre activité physique, y compris les moniteurs de fréquence cardiaque, les compteurs de pas et le suivi de la distance parcourue ou du rythme.

Alcool

La consommation d’alcool est associée à un risque accru de fibrillation atriale, dépendant en grande partie  de la quantité d’alcool. La consommation d’alcool faible à modérée ne causera généralement pas de problèmes chez les patients atteints de fibrillation atriale, mais il est fortement recommandé d’éviter une consommation excessive d’alcool. Si vous ressentez que la consommation d’alcool, même à faibles doses, déclenche des crises de fibrillation atriale, elle doit alors être évitée.

De grandes quantités d’alcool peuvent causer une fibrillation atriale et peuvent empécher la prévention des accidents vasculaires cérébraux avec un traitement anticoagulant, en particulier pour les patients qui prennent des antagonistes de la vitamine K (tels que la warfarine, l’acénocoumarol, etc.). L’alcool peut également augmenter le risque de saignement chez les patients qui prennent des médicaments anticoagulants. Il faut être honnête et précis avec votre médecin concernant la quantité d’alcool que vous buvez quotidiennement.

Les recommandations sur la consommation d’alcool varient selon les pays, mais l’Organisation mondiale de la santé recommande une consommation maximale de 2 unités standard d’alcool par jour.
Cliquez ici pour savoir combien d’unités se trouvent dans une boisson.

Il faut également essayer de ne pas boire d’alcool au moins 2 à 3 jours par semaine.
En savoir plus sur les recommandations pour une consommation raisonnable (PDF)

 

Caféine

Boire trop de caféine peut augmenter la tension artérielle et le rythme cardiaque (ce qui peut déclencher la fibrillation atriale). Il peut donc être conseillé de limiter la consommation de caféine à un niveau modéré, par exemple 2 à 3 tasses de café par jour.

Tabagisme

En cas de fibrillation atriale, des problèmes supplémentaires surviennent parce que le tabagisme entraine entre autres choses une accélération des battements cardiaques et abaisse le taux d’oxygène dans le sang. Votre médecin recommandera fortement de ne pas fumer pour préserver votre état général et votre santé. Demandez des conseils à votre médecin généraliste.

Perte de poids

L’obésité est étroitement liée au développement de la fibrillation atriale et augmente la probabilité de récidive de la fibrillation atriale après des interventions telles que l’ablation. La perte de poids et l’absence de fluctuations significatives du poids améliorent le contrôle de la fibrillation atriale ainsi que les résultats après l’ablation. Les données scientifiques confirment fortement la recommandation d’une perte de poids à la fois pour la prévention et la prise en charge de la fibrillation atriale. L’objectif principal des patients obèses est de perdre 10 % de leur poids corporel à court terme.

Stress

L’expérience clinique établit un lien entre le stress et les crises de fibrillation atriale, mais les données des essais cliniques sont limitées. Il est plausible que des mesures visant à réduire le stress quotidien (par exemple, yoga, méditation, techniques de relaxation, exercice modéré) peuvent aider au contrôle de la fibrillation atriale et il est donc préférable pour votre santé générale d’éviter le stress autant que possible.

Modifications alimentaires

Il est important pour tous d’avoir un mode de vie sain et un régime alimentaire sain et équilibré, mais cela l’est encore plus pour les personnes avec des problèmes cardiaques, comme la fibrillation atriale. Nous vous recommandons de manger de manière saine et équilibrée et si vous êtes en surpoids, de perdre du poids.

Si vous avez une tension artérielle élevée, il est conseillé de manger des aliments à faible teneur en sel (vous pouvez le vérifier sur les étiquettes alimentaires) et de ne pas ajouter de sel pendant la cuisson ou à table. Vous pouvez demander à votre médecin s’il est possible de remplacer le sel habituel par du sel de potassium (un autre type de sel qui ne provoque pas d’augmentation de la pression artérielle) ou par des herbes naturelles.

Votre alimentation est particulièrement importante si vous prenez certains médicaments anticoagulants (antagonistes de la vitamine K). En effet, certains aliments, en particulier les légumes à feuilles vertes (laitue, blette, épinards, choux), contiennent beaucoup de vitamine K ce qui rend les comprimés moins efficaces dans l’organisme. En savoir plus sur le régime alimentaire des patients qui prennent de la warfarine/un antagoniste de la vitamine K.
Si vous prenez des compléments alimentaires ou des médicaments à base de plantes tels que le millepertuis, demandez à votre médecin quelles sont les interactions possibles avec votre traitement, en particulier les nouveaux anticoagulants (NACO).

La prise régulière d’huile de poisson n’est pas recommandée pour réduire les crises de fibrillation atriale.

Vie sexuelle

Les personnes qui ont éprouvé des problèmes cardiaques s’inquiètent souvent d’avoir des relations sexuelles. Elles envisagent de réduire ou d’arrêter d’avoir des relations sexuelles parce qu’elles ont peur que cela puisse entraîner une aggravation des problèmes cardiaques. Elles peuvent croire qu’avoir des relations sexuelles est risqué, ou penser « Je ferai mieux d’éviter ça» ou « Il y a un risque que je devienne trop excité(e) et que cela puisse me tuer ». De telles manières de penser entraînent un stress et une anxiété inutiles à l’égard des relations sexuelles.
La bonne nouvelle, c’est que pour la plupart des personnes souffrant de problèmes cardiaques, avoir des relations sexuelles est sans danger et est recommandé par les médecins. Pour un homme ou une femme, avoir des relations sexuelles demande la même quantité d’effort cardiaque qu’une marche à vitesse normale de 20 minutes et avoir un orgasme représente le même effort que de monter des escaliers. L’exercice est bon pour le cœur et l’activité sexuelle est en pratique une autre forme d’exercice. Une activité sexuelle régulière peut donc être bonne pour le cœur. Demandez conseil à votre médecin, comme pour l’activité physique, si vous ressentez des gênes ou une intolérance à l’effort.

  • Le sexe fait du bien au cœur.
  • Le sexe soulage le stress.
  • Le sexe stimule le système immunitaire.

 

Conduite

La plupart des patients atteints de fibrillation atriale sont capables de conduire. Cependant, si vous ressentez des étourdissements ou des évanouissements, vous ne devez pas conduire et devez en informer votre médecin, car ces symptômes peuvent être liés à une fibrillation atriale mal tolérée.

 

Voyage

En général, il n’y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas voyager (y compris en avion) si vous avez une fibrillation atriale, mais il est préférable de consulter d’abord votre médecin. Un voyage confortable est recommandé et idéalement il faut éviter les températures extrêmes (chaleur et froid) et les hautes altitudes.
Avant de planifier vos vacances, il est conseillé de :

  • Vous assurez que votre fibrillation atriale est bien contrôlée et stable.
  • Prendre tous vos médicaments avec vous et vous assurer de ne pas être à court de comprimés pendant votre séjour.
  • Prendre un récapitulatif de vos antécédents médicaux.
  • Discuter avec votre médecin d’un plan d’action en cas de crise de fibrillation atriale pendant votre séjour.

 


Pages connexes