Examens utiles

ECG et surveillance du rythme cardiaque

Électrocardiogramme (ECG)

 

L’examen le plus important pour diagnostiquer la fibrillation atriale est l’électrocardiogramme (ECG). Des autocollants spéciaux (électrodes) sont placés sur les bras, les jambes et la poitrine (voir illustration ci-dessous) et l’activité électrique de votre cœur est enregistrée depuis votre peau. La procédure ne prendra généralement que quelques minutes et peut être effectuée au cabinet de votre médecin généraliste, de votre  cardiologue ou à l’hôpital.

Un ECG au repos standard n’enregistre que les battements cardiaques pendant quelques secondes. Si la fibrillation atriale n’est pas présente lors de cet enregistrement de durée limitée, une surveillance plus prolongée peut être nécessaire.

 

Surveillance cardiaque

Si votre fibrillation atriale dure peu de temps, il peut être nécessaire d’avoir une surveillance cardiaque pendant 24 heures ou plus (parfois pendant 7 jours ou plus). Cet examen, souvent appelé « surveillance Holter », implique un petit appareil d’enregistrement relié par des fils à 4 autocollants spéciaux (électrodes) placés sur votre poitrine (voir ci-dessus). L’appareil est facile à porter sous les vêtements pendant vos activités quotidiennes habituelles. Un journal de vos activités et des symptômes que vous ressentez lorsque vous portez l’appareil peut être utile. Cet examen fournira à votre médecin des informations détaillées sur votre rythme cardiaque et la corrélation avec vos symptômes.

Un autre examen est la surveillance des événements. Ce moniteur n’enregistre pas en continu, mais enregistre automatiquement votre ECG à certains moments ou lorsque vous déclenchez manuellement un enregistrement, par exemple lorsque vous ressentez des symptômes. Ces moniteurs d’événements portables peuvent généralement être utilisés pendant un maximum de 2 semaines.

Si la fibrillation atriale n’est toujours pas détectée, mais suspectée, un moniteur cardiaque implantable peut être utilisé pour la surveillance continue du rythme cardiaque. Ces moniteurs sont positionnés sous la peau de la poitrine et peuvent enregistrer des changements dans le rythme cardiaque, généralement pendant une durée maximale de trois ans.

Les nouvelles technologies intégrées dans les smartphones et les montres connectées permettent aux patients d’avoir leurs propres moniteurs (souvent appelés dispositifs portables) et d’enregistrer leur rythme cardiaque sur un traceur ECG. La fiabilité de ces appareils est mise à l’essai dans le cadre d’essais cliniques. Afin de diagnostiquer la fibrillation atriale, ces enregistrements doivent être évalués par un médecin.

 

Échographie cardiaque

Échocardiogramme

Si vous avez un diagnostic de fibrillation atriale, votre médecin voudra peut-être examiner votre cœur avec un échocardiogramme, souvent appelé « écho » ou « échographie cardiaque ». Au cours de cet examen, un médecin ou un technicien scannera votre poitrine à l’aide d’une sonde portative avec un peu de gel dessus, afin de vérifier la taille et le fonctionnement des quatre cavités principales du cœur, du muscle cardiaque et des valves.
Un échocardiogramme ne permet pas à votre médecin de détecter la fibrillation atriale, mais il fournit des informations importantes sur l’effet de la fibrillation atriale sur votre cœur et sur le pronostic.

Échocardiographie transœsophagienne

Parfois, votre médecin décidera d’examiner votre cœur avec un échocardiogramme transœsophagien, ou « ETO ». Au cours de cet examen, un tube flexible est introduit par la bouche et positionné dans l’œsophage (le passage allant de la bouche à l’estomac). Comme le cœur est positionné juste à l’avant de l’œsophage, un ETO peut donner des images très détaillées des parties les plus importantes du cœur. L’ETO est également l’examen de référence pour détecter les caillots sanguins qui peuvent se former à l’intérieur de l’oreillette gauche en raison de la fibrillation atriale.
Un ETO est souvent utilisé avant une cardioversion, si le début de la fibrillation atriale n’est pas clair et si votre médecin veut être sûr qu’aucun caillot sanguin ne se soit déjà formé dans votre cœur.

Autres examens

 

Analyses de sang

Une fois la fibrillation atriale diagnostiquée, on peut également vous demander de réaliser des analyses de sang. Bien que les analyses de sang ne soient pas nécessaires pour établir le diagnostic, elles peuvent aider à expliquer pourquoi vous avez développé une fibrillation atriale, par exemple en raison de troubles thyroïdiens ou d’un déséquilibre des électrolytes dans l’organisme. Les analyses de sang aideront également votre médecin à choisir le ou les traitements les mieux adaptés à vos besoins.

Examen supplémentaire du cœur

Dans certains cas, votre médecin peut vouloir effectuer une épreuve d’effort afin d’étudier ce qui arrive à votre cœur lorsqu’il bat plus vite. La tomodensitométrie cardiaque ou l’imagerie par résonance magnétique cardiaque peuvent également être utilisées pour l’analyse détaillée de la structure et de la fonction du cœur. La question de savoir si d’autres investigations sont nécessaires dépend de votre maladie et vous devez en parler avec votre médecin.


Pages connexes