In order to bring you the best possible user experience, this site uses Javascript. If you are seeing this message, it is likely that the Javascript option in your browser is disabled. For optimal viewing of this site, please ensure that Javascript is enabled for your browser.

La fibrillation auriculaire au quotidien

La fibrillation auriculaire au quotidien

La fibrillation auriculaire au quotidien

 

Peut-on mener une vie normale malgré la fibrillation auriculaire ?

Oui, même si des restrictions peuvent être associées à certains médicaments. Un mode de vie sain et une alimentation saine et équilibrée sont importants pour tous, mais plus particulièrement chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques et notamment de fibrillation auriculaire. Il est également important de limiter la consommation d'alcool et d'autres produits excitants, comme le thé ou le café fort ou les boissons contenant de la caféine. L'expérience clinique relie le stress aux épisodes de fibrillation auriculaire, bien que les données d'études cliniques soient limitées. Il est plausible que les mesures visant à réduire le stress au quotidien (la pratique du yoga par ex.) puisse aider à contrôler la fibrillation auriculaire. La section qui suit donne davantage de détails sur l'alcool, l'activité physique, le tabagisme, l'activité sexuelle, la conduite et les voyages, et propose des liens utiles en termes d'aide et de conseil.

 

Faut-il arrêter de boire de l'alcool ? 

L'augmentation du risque de fibrillation auriculaire dépend de la quantité d'alcool ingérée. Consommé en quantités modérées, l'alcool ne devrait normalement pas poser de problème aux patients atteints de fibrillation auriculaire ; en revanche, une consommation excessive est fortement déconseillée. Si l'ingestion d'alcool, même en petites quantités, déclenche des épisodes de fibrillation auriculaire, l'arrêt de la consommation d'alcool s'impose. En effet, la consommation de grandes quantités d'alcool peut provoquer une fibrillation auriculaire et affecter l'action préventive des anticoagulants sur l'AVC, en particulier des antivitamines K (comme la warfarine, l'acénocoumarol, etc.). Des quantités excessives d'alcool peuvent faire augmenter le risque hémorragique chez les patients sous anticoagulant. Il est important que le patient indique en toute honnêteté au médecin sa consommation quotidienne d'alcool.

Les recommandations relatives à la consommation d'alcool varient selon les pays mais pour l'Organisation mondiale de la Santé, elle ne doit pas dépasser 2 unités standard par jour. Cliquez ici pour en savoir plus sur le nombre d'unités contenues dans une boisson.

Il est également important d'essayer de ne pas consommer du tout d'alcool pendant au moins 2 à 3 jours par semaine.

En savoir plus sur les recommandations de consommation raisonnable d'alcool (PDF)

 

Faut-il arrêter de faire du sport ou en faire plus ?

Une activité physique modérée est presque toujours favorable et contribue à abaisser le risque global de maladie cardiaque. L'activité physique est importante car elle aide à réguler les rythmes biologiques quotidiens, améliore le sommeil et contribue à lutter contre la prise de poids. Toutefois, avant de commencer un programme d'activité physique, il est nécessaire de consulter un médecin ou un professionnel de santé qualifié afin de déterminer le niveau d'intensité qui sera adapté.

En règle générale, une activité modérée est utile aux personnes atteintes de fibrillation auriculaire et ne devrait pas augmenter la fréquence cardiaque de façon excessive. Un effort physique pénible doit toutefois être évité. On sait que le risque de fibrillation auriculaire est augmenté chez les athlètes qui pratiquent des sports d'endurance comme les coureurs de fond ou les cyclistes. Les patients doivent par conséquent être encouragés à avoir une activité physique modérée et à éviter les sports intenses.

En cas d'épisode de fibrillation auriculaire pendant un effort, il est impératif d'arrêter, de s'asseoir et de suivre les recommandations du médecin ou de consulter un professionnel de santé s'il s'agit du premier épisode de fibrillation auriculaire.

 

Faut-il arrêter de fumer ?

Oui, il est important d'arrêter de fumer pour votre état de santé général du patient et votre médecin le recommandera fortement. Parlez-en à votre médecin généraliste. En cas de fibrillation auriculaire, d'autres dommages peuvent survenir car le tabagisme accélère les battements cardiaques et abaisse la concentration d'oxygène dans le sang.

 

Quelle alimentation faut-il adopter ?

En général, il est recommandé d'avoir une alimentation saine et équilibrée et de perdre du poids en cas de surpoids. L'alimentation est particulièrement importante chez les personnes prenant un type particulier d'anticoagulants, à savoir les antivitamines K. En effet, certains aliments, en particulier les légumes verts (laitue, côtes de bettes, épinards) ont une forte teneur en vitamine K pouvant affecter l'action de ces comprimés et les rendre moins efficaces. En savoir plus sur l'alimentation des patients sous warfarine/antivitamine K.

Si vous prenez des supplémentaires diététiques ou des médicaments à base de plantes comme le millepertuis, demandez à votre médecin s'ils interagissent avec votre médicament, notamment avec la nouvelle génération d’anticoagulants
(NACO). La consommation régulière d'huile de poisson n'est pas recommandée pour réduire les épisodes de fibrillation auriculaire.

En cas d'hypertension artérielle, il est conseillé de consommer des aliments à faible teneur en sodium (information indiquée sur les étiquettes) et de ne pas rajouter de sel en cuisinant ou à table. Demandez à votre médecin si vous pouvez remplacer le sel de table par du sel de potassium (autre type de sel qui ne fait pas augmenter la tension artérielle) ou bien par des herbes aromatiques.

 

Faut-il perdre du poids ?

On sait qu'entre un tiers et la moitié des adultes des pays développés est en surpoids (indice de masse corporelle – IMC > 25) ou obèse (IMC > 30). L'obésité est étroitement liée au risque de fibrillation auriculaire et elle augmente la probabilité de récurrences de la FA après des interventions telles que l'ablation. La perte de poids ou l'absence de fluctuations importantes du poids améliorent le contrôle de la fibrillation auriculaire et le résultat de l'ablation.

Les données scientifiques actuelles appuient fortement la recommandation de perte de poids, tant pour la prévention que pour le traitement de la fibrillation auriculaire. L'objectif principal chez les patients obèses est la perte à court terme, de 10 % de leur poids.

 

Tension artérielle

Une hypertension artérielle est un facteur prédictif de développement d'une fibrillation auriculaire. Le traitement de l'hypertension est une composante importante de la stratégie thérapeutique dans la fibrillation auriculaire, en particulier pour réduire le risque d'AVC ou d'hémorragie sous anticoagulants oraux.

 

Faut-il arrêter de boire du café, du thé et autres boissons contenant de la caféine ?

Ce point est controversé. Par le passé, certains médecins recommandaient l'arrêt total de la consommation de café en cas de fibrillation auriculaire. Toutefois, rien ne prouve vraiment qu'il y ait un lien entre la consommation de caféine et le risque de fibrillation auriculaire ou de ses complications. Il est vrai néanmoins qu'une consommation excessive de caféine peut augmenter la tension artérielle, ainsi que la fréquence cardiaque (ce qui peut déclencher une fibrillation auriculaire). Par conséquent, il est préférable de s'en tenir à une consommation modérée, par exemple à 2 à 3 tasses de café par jour.

 

Faut-il éviter le stress ?

Il est préférable pour votre état de santé général d'éviter au maximum le stress. Il a été prouvé qu'un stress prolongé ou brutal pouvait conduire à des épisodes de fibrillation auriculaire.

 

Les activités sexuelles sont-elles encore autorisées ?

Oui, les personnes souffrant de problèmes cardiaques s'inquiètent souvent de ne plus pouvoir mener une vie sexuelle normale. Nous savons que des personnes diminuent ou arrêtent leur activité sexuelle par crainte d'aggraver leurs problèmes cardiaques. Ainsi, certains pensent que les rapports sexuels sont risqués et qu'il faut les éviter ou qu'une excitation trop forte pourrait leur être fatale. Ces craintes engendrent un stress inutile et de l'anxiété au sujet des rapports sexuels. En fait, pour la majorité des personnes cardiaques, les rapports sexuels ne présentent pas de risques et sont recommandés par les médecins. La comparaison suivante est plus parlante : pour une personne standard, homme ou femme, un rapport sexuel sollicite autant le cœur qu'une marche de 20 minutes à un rythme régulier. Avoir un orgasme représente le même effort que monter des escaliers en marchant. L'exercice est bon pour le cœur et les rapports sexuels sont simplement une autre forme d'exercice. Par conséquent, une activité sexuelle régulière peut être bonne pour le cœur.

  • L'activité sexuelle est bonne pour le cœur.
  • L'activité sexuelle diminue le stress.
  • L'activité sexuelle stimule le système immunitaire.

 

Est-il possible de conduire sans risque ?

Oui, il est possible de continuer à conduire. Mais en cas de vertiges ou d'évanouissements, il est impératif de ne plus conduire. Ceci doit être signalé au médecin afin qu'il puisse rechercher la cause des vertiges et des évanouissements (pouvant être liés à la fibrillation auriculaire).

 

Est-il possible de voyager ?

Oui, en général, rien n'interdit de voyager (y compris en avion) en cas de fibrillation auriculaire, mais il est préférable d'en parler d'abord à son médecin. Il est recommandé d'opter pour des conditions de voyage confortables et d'éviter les températures extrêmes (froides ou chaudes), ainsi que les très hautes altitudes. Avant de planifier des vacances, il est préférable d'attendre que la fibrillation auriculaire soit contrôlée et stabilisée. Avant de partir, il est indispensable de vérifier qu'aucun médicament ne manque, que les quantités sont suffisantes pour toute la durée du voyage et de se munir d'un résumé de ses antécédents médicaux.

 

Est-il possible de souscrire à une assurance voyage lorsqu'on souffre de fibrillation auriculaire ?

Oui, la majorité des patients souffrant de fibrillation auriculaire peuvent souscrire à une assurance voyage. Toutefois, cela impose dans certains cas de choisir une assurance plus coûteuse. Il est préférable de se renseigner auprès d'une compagnie d'assurance. Il peut être utile de contacter plusieurs compagnies pour trouver les meilleures conditions.

 

Où obtenir aide et conseils ?

Vous pouvez demander aide et conseil à votre médecin (généraliste, cardiologue ou médecin hospitalier) ou vous pouvez contacter une association de patients atteints de fibrillation auriculaire pour obtenir une aide et des conseils plus généraux.